#5 – On vous le dit comme on le voit.

Let's Food Cities > Mexique > #5 – On vous le dit comme on le voit.

Bilan culinaire.

// Décembre 2018

Alors ce blog. Pas facile les blogs hin.. Il faut être sacrément discipliné.. !

Comment faire un premier bilan culinaire de cette étape mexicaine? Du maïs, beaucoup de maïs : des tortillas, des tacos, des buritos, des nachos… On a aussi goûté le huitlacoche ou charbon du maïs, causé par un champignon pathogène qui avant été consommé par les plus pauvres et qui aujourd’hui fait partie des mets recherchés du pays..!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Du maïs mais aussi du piment bien sûr ! DES piments d’ailleurs.. ! Mille variétés cuisinés en sauce rouge avec des jitomates (ji come rojo = rouge) ou en sauce verte avec cette fois-ci des tomates.. vertes (vous suivez?) ! Les plus petits les plus piquants, les plus gros à remplir de viande, riz ou de frijol (haricots rouges/noirs/blancs,..)

Quelques recettes également de soupes aux légumes, au poulet (caldo avec toujours un petit épis de maïs.. quand même.) et des mole ! Alors ça on a pas du tomber sur le bon.. une sauce à base de piment, cacao ou chocolat, sésame, cacahuète, tomate, tortilla frite et émiettée.. pourtant sur le papier ça avait l’air plutôt bon.

Et il y a les légumes ! Tous ceux que l’Etat de Guanajuato produit mais ne mange pas (asperges surtout), ceux qu’on trouve dans les petits magasins de fruits et légumes ( magasins bien cachés souvent..) comme le brocolis, les carottes, des racines violettes (oui c’est un peu flou ça mais pas trouvé le bon mot.) et encore des piments bien sûr! Et ceux qu’on trouve chez les petits marchands de rue comme du nopal et des quelites, une série d’herbes comestibles.. avec des qualités nutritionnelles exceptionnelles mais qui sont de moins en moins consommés.. (toujours dans ce sens là on dirait non?).

Côté fromage c’est un peu répétitif mais on doit pas être le meilleur public (nous français on serait râleurs et exigeants quand il s’agit de fromage??)… Il y a bien sûr le fromage de Oaxaca qu’on va définir comme fibreux et enroulé. Destiné, en tout et pour tout, à fondre des deux côtés de la quesadilla (gage de qualité) et c’est peut être son seul intérêt (sorry but not sorry) mais très apprécié ici. Les mexicains ne comprennent pas pourquoi nous laissons pourrir le fromage mais nous on n’a pas compris comment ils pouvaient s’anesthésier les papilles et rechigner un bon camembert coulant. Interculturalisme quand tu nous tiens… ! Quelques tentatives de fromage de chèvre mais plutôt industriel (comme le jambon d’ailleurs..).

Il y a aussi une petite collection sympa d’insectes. Les « chapulines », sauterelles grillées à croquer sans modération, les vers du maïs (gusanos) et les vers des fourmis récoltés dans les agaves (escamoles) qu’on a adoré jusqu’au moment de savoir ce que c’était (l’équivalent d’un caviar d’insectes ici).. Voilà ici ils ont tout compris – ils mangent les envahisseurs des cultures, gagnant-gagnant, y’a pas de raison.

Côté boisson, on passera sous silence ici la passion soda des mexicains pour se pencher sur leur vin ! Dix producteurs sur Guanajuato mais surtout en Basse Californie. Mais sinon on trouve surtout du vin chilien (chouette on y va du coup!) et espagnol. Lors de la Fête du vin de Guanajuato on n’a pas pu s’empêcher d’aller faire les belles avec nos origines beaujolaises et bordelaises.. ça a fait son petit effet 🙂

Et la bière, por supuesto ! Parmi les plus connues : la Tecate (tkt pour nous. FYI ici c’est ntp – no te preocupes), Bohemia clara/oscura, la Sol, la Corona (toujours la plus chère) ou encore l’Indio mais il y a aussi de très bonnes bières artisanales (histoire de ne pas produire de l’orge que pour les autres) dont certaines à l’agave. L’agave? La quoi? Autrement appelé le maguey, une plante grasse mexicaine, base de la fameuse tequila. L’appellation Tequila dit qu’il faut au moins 51% d’agave BLEUE pour s’appeler tequila, les meilleures sont les 100%. Le reste c’est du mezcal qui tapote un peu le coin du crâne à parfois 55°. Nous on préfère résolument la tequila.

Par contre ici c’est shot de tequila/mezcal à n’importe quelle heure, à midi avec un petit shot de sangria complémentaire (une espèce de michelada – mot préféré – à surtout reproduire chez vous (ou pas) : bière comme base, complétée par du jus de citron vert, du sel et une sauce pour assaisonner, qui peut être de type Maggi, sauce anglaise, sauce piquante à base de piments, et peut-être allongé de jus de tomate).

Donc pour revenir à la tequila, il ne s’agit pas de mettre du sel dans le coin de votre pouce et de finir ça vite fait bien fait pour pouvoir passer à la prochaine tournée, non non non. Il faut déguster, comme le wisky nous disent-ils ! On a testé ça lors d’un repas officiel, un midi comme un autre, avec une représentante de Bordeaux Métropole et le Directeur de l’IPLANEG (Institut de Planification à l’échelle étatique). Un bon tips pour accélérer les coopérations.

Petit tour culinaire du Mexique, partiel mais véridique, para servirles. Si vous voulez passer aux choses sérieuses y’a plus qu’à aller visionner notre vidéo présentant le système alimentaire de Guanajuato !

On se retrouve au Chili !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *